Gratuit

hackathon Click ton avenir: «le numérique pour l’emploi et l’autonomie des...

Informations sur l'événement

Partager cet événement

Date et heure

Adresse

Adresse

salles Athenes, Paris 10, 3 rue Mazagran

75010

France

Amis qui participent
Description de l'événement

Description

Le Délégué Ministériel aux Missions Locales, la Fondation Orange et le collectif WHAT vous invitent à participer au hackathon sur l’autonomie et l’emploi pour les jeunes grâce au numérique. Comment le numérique peut-il aider les jeunes dans leur autonomie et dans leur recherche d’emploi ? Comment le numérique peut-il aider ces professionnels à être plus proche des jeunes, à les contacter à tout moment, les motiver, proposer les bonnes initiatives, les bons contacts, à trouver la bonne entreprise ou la bonne formation, le bon apprentissage… Serez-vous capable de relever ce défi et de devenir les précurseurs de solution pour l’autonomie et l’emploi des jeunes ?

Plus de 1,2 million de jeunes demandeurs d’emploi âgés de 16 à 25 ans sont accueillis chaque année dans les 442 missions locales chargées de l’insertion sociale et professionnelle des jeunes.

13 000 professionnels les accompagnent avec près de 6 000 points d’accueil sur tout le territoire.

Dans un environnement de plus en plus digital et notamment dans les méthodes de recrutement, les missions locales doivent innover pour mieux accompagner les jeunes en ayant recours aux outils numériques.

La nouvelle génération des jeunes NEET (ni en emploi, ni en formation, ni en étude) nécessite une approche plus digitale et surtout plus incitative à travers des méthodes d’encouragements à la recherche d’emploi tels que les tips (envois quotidiens de SMS : Je te félicite pour cette belle réussite. Réussite vraiment méritée par ton travail, ton courage et ta patience). Ce type de méthode viendra accompagner le travail du conseiller.

Aussi, la mise en place d’une stratégie numérique nationale des missions locales est un enjeu important qui s’impose en direction des jeunes mais aussi des professionnels qui les accompagnent et en collaboration avec les TPE-PME et les grandes entreprises.

- Les usages du jeunes : « C’est pouvoir être connecté à tout moment »

- La mobilisation des jeunes, notamment ceux qui sont le plus éloignés des institutions, est posée par les conseillers et directions de missions locales.

- Les missions locales sont actuellement « démarchées » de tout part pour mettre en place des applications numériques : nécessité d’une stratégie nationale prenant en compte les démarches innovantes mises en place et éviter des inégalités sur tout le territoire.

- Les services proposés par l’Etat sont de plus en plus dématérialisés, il faut accompagner les jeunes et les conseillers à cette dématérialisation.

  • Les questions qui se posent :

- Comment le numérique peut-il aider les conseillers des missions locales dans leur travail d’accompagnement des jeunes ?

- Comment simplifier l’accès à l’emploi des jeunes avec le numérique ?

- Comment le numérique peut aider les missions locales à innover dans l’accompagnement des jeunes ?

- Comment les missions locales peuvent-elles mieux répondre aux besoins d’emploi des TPE-PME et des grandes entreprises avec une approche plus digitale ?

- Comme le numérique peut aider les professionnels des missions locales à mieux intégrer les compétences des jeunes dans la mise en relation avec les offres d’emploi ?

- Comment le numérique peut-être une aide à la mobilité des jeunes ?

- Ect…..

qu'est-ce qu'un hackathon?

contraction de hacker et de marathon

hacker au sens ‘gentil hacker’ ‘hacker bienveillant’ = celui qui montre les failles, qui utilise toutes les ressources, donc qui optimise les ressources disponibles, celui qui va plus vite, qui prend des raccourcis, qui a des méthodes de geek aussi…qui peut développer rapidement une appli, un site web : qui voit tout résolus grâce à la techno

le ‘thon’ de marathon : car il faut aller vite : entre 3h et 3j non stop !

même si chez Orange nos hackathons sont responsables : donc c’est en semaine, pas le soir ni le week-end, et pas de red bull ni de pizzas : on y mange bio !

un hackathon, c’est aussi un mélange de toutes les nouvelles façons de travailler issues des startups :

méthode agile : on produit qqchose : la notion de livrable, la notion de protoType, de mvp (minimum viable product) est super importante : on montre notre production à la fin aux autres

méthode design thinking : on met le client au centre : on essaie de bien cerner la problématique avant toute chose : pas de problème ? pas de solution ! J

méthode lean startup : on utilise des canvas : le lean canvas, le business model canvas : pour essayer de construire non seulement une solution qui tient la route, mais qu’on même imaginer mettre sur le marché !

méthode creative problem solving : on diverge, on converge : on est donc le plus ‘innovant possible’ en allant apporter des idées les plus farfelues possibles

méthode d’intelligence collective : et tout ceci en petits groupes de travail qui vont travailler ensemble : avec des groupes les plus hétérogènes possibles : on essaie de mélanger des ‘expériences de vie différentes’ : des étudiants, des retraités, des chômeurs, autant de femmes que d’hommes, des métiers et compétences différentes : des artistes, des marketing, des geeks, des designers, des pros de la com…

et tout ceci en entreprise libérée : on apprend à travailler en transverse : pendant ces 3 h ou 3 jours, assez intense (: car il faut produire un proto à la fin) : pas de chef pour dire : on prend cette option-là plutôt qu’une autre, je décide qu’on arrête là et on passe à la suite, ton idée est nulle la mienne est meilleure puisque je suis le/la chef…et des disputes sont à prévoir ! donc tout est aussi prévu pour que tout se passe bien : on donne les consignes des ‘entreprises libérées’ – c’est du copié –collé du livre ‘reinventing organisations ‘ de Frederic Laloux’, le ‘gourou’ des corporate hackers (= ceux qui essaient de faire changer leurs boites de l’intérieur) et qui a été à la rencontre de 12 entreprises libérées = c’est- dire sans manager, sans rh : ils donne des méthodes pour prendre des décisions, pour résoudre les conflits. on réfléchit ainsi à l’avance sur l’équipe’, même si elle ne va travailler que qq heures ensemble : comment elle va travailler ? avec quelles règles ? comment on estimera qu’on a bien fait notre boulot ?

cela parait bête mais cette façon de travailler est ce qu’il y a de plus précieux ! ce qu’on apprend pendant ces quelques heures…peut changer votre vie ! cela montre qu’on peut faire autrement, qu’on peut se mettre d’accord, qu’on peut être super créatif, même dans un temps très limité

pourquoi des hackathons ? pour les grands groupes et pour tous les professionels, cela permet de se frotter aux startups, de s’ouvrir à l’écosystème, de trouver des solutions disruptives à un problème, d’apprendre à être créatif, de travailler en open innovation, d’apprendre à travailler autrement

On organise en parallèle des hackathons aussi des challenge développer (qui sont pus répartis dans le temps) : comme le challenge developper industry 4.0 en début d’année : ceux-là ont plus pour but l’utilisation de nos APIs et de découvrir des idées d’applications des nouvelles technologies.

que deviennent les projets ?

on essaie au maximum d’avoir des entreprises partenaires (grands, groupes, incubateurs, consultants, …) afin d’accompagner ensuite les projets les plus prometteurs….Et franchement, c’est vraiment top quand on entend une équipe lauréate d’un hackathon pitcher quelques mois plus tard sur ‘hello startup’ sur BFM !

quel avantage pour les startups ?

pour des startups de conseil et d’accompagnement: l’aspect co-développment, co-création, intelligence collective sont vraiment mis en pratique : échanges, gains de temps, ouverture d’esprit car plusieurs cerveaux réfléchissent en même temps.

Pour Meetyourgoal : « cela va plus vite, percute plus vite, les gens rebondissent les uns les autres : il y a débats : quand c’est fertile : les personnes rebondissent d’autant mieux. Cela permet aussi de se construire un réseau et de travailler en réseau. Cela permet parfois de trouver des partenaires, des associés, des compagnons de route du projet. »

quel avantage pour les participants?

apprendre de nouvelles façons de travailler et participer activement à faconner son avenir!

comment se déroule un hackathon ?

il y a deux sessions de pitch : en début et en fin, et 3 grandes étapes en milieu de hackathon, qui de déroulent en divergence/convergence

les pitches de début : si quelqu’un a une idée ou un thème sur lequel il/elle veut travailler : il se lève et pitche 30 secondes : ceux qui veulent travailler avec lui/elle pourront le suivre

les pitches de fin : 3 min environ : les équipes montrent leur travail et décrive leur proposition de valeur : quelle est leur idée dans le détail qui va permettre d’apporter de la valeur ?

entre les deux :

une phase d’empathie : pour bien comprendre de quoi il s’agit, connaitre les chiffres, les données, els expériences, etc. cette phase d’empathie comprend aussi une phase d’empathie ‘intraéquipe’ : pour mieux se connaitre et mieux travailler ensemble

une phase de découverte de la problématique : qui doit commencer par ‘comment faire pour’ afin de mieux spécifier un véritable problème à résoudre

une phase de construction de la solution, qui peut aller de simples slideware, vidéos, etc à des mockups d’appli, d’écrans, voire un vrai proto, voir des vrais tests utilisateurs

l’agenda typique d’un hackathon :

premier jour :

9h00 : introduction et agenda, introduction de la méthodologie

9h30-10h30 : pitchs inspirants / phase d’empathie pour se plonger dans le sujet / pitches des sponsors / pitches des présentations des solutions techniques

10h30 : appel aux porteurs de projets et pitches 30 sec ou 1 min des porteurs de projets et constitution des équipes

11h00 : constitution des camps de bases et team canvas

11h45 : plongée en design thinking : définir la problématique

12h30 : déjeuner et découverte des outils à disposition

14h00 : design thinking : définition de la carte d’empathie de son client cœur

15h20 : divergence : des idées farfelues pour définir une solution à la problématique

16h40 : convergence : phase de choix, de votes, de convergence des idées pour une première ébauche de value proposition

18h00 : une première value proposition à échanger avec les autres équipes !

deuxieme jour :

9h00-15h30 : Value proposition Canvas + construction du Business Model Canvas + construction du prototype

15h30 : début des pitches des projets

16h30-17h00 : délibération du jury /et vote des participants / pitches inspirants round2

17h00-17h30 : remise des prix du jury

17h30 : cocktail

en parallèle :

animation yoga / méditation / taichi

ateliers thématiques : * pitch / *UX / *customer journey / *team / * design / * pretotypage / *legal / *site web /*objets connectés / *bigdata / *API, …

quelles compétences sont requises pour participer ?

toutes ! le plus important est l’envie, et l’intérêt pour le thème

on sort d’un hackathon avec quoi ?

il peut y avoir des lots financiers, mais le plus important est de pouvoir accéder à une équipe de développeurs, donc un vrai développement, et une équipe d’accélération/ d’incubation

quelle est l’histoire des hackathons ?

au départ , c’est Mark Zukerberg qui a mis toutes les équipes ensemble pour qu’ils débugguent un truc le week-end, en leur fournissant redbull et pizzas : mais tous, marketeurs, développeurs, designers étaient ensemble

ensuite, les hackathons se sont ‘boboïsés’ : des entreprises, où les informaticiens avaient été formés 30 ans auparavant, avaient bien du mal avec le dévt d’appli android ou IoS, …du coup, ils faisaient venir le temps d’un week-end des développeurs pour traiter un point particulier…mais cela a fait du mal aux hackathons : car les développeurs avaient l’impression de travailler gratuitement.

maintenant : les hackathons sont devenus plus : une nouvelle façon de traiter des problématiques : le hackthon necmergitur : suite aux attentats de Paris, est une parfaite illustration : des gens (la mairie de paris, la préfecture de police, …) se sont dit : ce n’est pas possible qu’avec els technos d’aujourd’hui on n’arrive pas à trouver des solutions à ça ! Ces hackathons ‘humanistes’, où l’on vient pour une cause qui nous est chère, sont des hackathons 3.0

quel avenir des hackahtons ?

tout le monde travaillera en hackathon car c’est un moyen de construire l’avenir de façon moderne et démocratique




Partager avec les amis

Date et heure

Adresse

salles Athenes, Paris 10, 3 rue Mazagran

75010

France

Sauvegarder cet événement

Événement sauvegardé