275 €

Solstice d'été en Brocéliande, renouer avec le sacré

Actions et tableau de desciption

275 €

Informations sur l'événement

Partager cet événement

Date et heure

Adresse

Adresse

Brocéliande

Brocéliande

35380 Paimpont

France

Afficher la carte

Description de l'événement
Mythes et Légendes, Imaginal, Histoire du Celto-Christianisme, Merveilles du judéo-christianisme,pratiques méditatives, cabale chrétienne...

À propos de cet évènement

Sur les chemins de la Brocéliande Mystique et Romantique : Un WE tissé de promenades sur les traces de divers ordres initiatiques, à la recherche du sacré et d’une expérience concrète de la transcendance.

Par personne, pour le WE «Solstice d’été en Brocéliande» le prix est de 550 euros. Paiement de 50% à la réservation soit 275 euros via "eventbrite", puis 50% à l'arrivée. Cela comprend, pour chaque personne, l’hébergement au Val Richard, les petits déjeuners, les déjeuners et les dîners, les visites conférences, les conférences et les pratiques.

L'annulation de la réservation est possible, jusqu'à dix jours avant le début du WE. Des 275 euros avancés, seront rembousés un montant moins les frais EVENTBRITE (19,36 euros, et ceux de réservations 75 euros). Le virement de rembousement sera effectué le jour même de l'annulation. Au-dela de dix jours avant le WE, l'avance resterat acquise à l'association "Randonnées Spirituelles", bénéficiaire des versements. Pour toute information complémentaire, veuillez prendre contact avec Bruno Fouchereau : 09 51 53 17 22.

Nous visiterons divers « Hauts Lieux » où nous rencontrerons l'imaginaire arthurien, là où s'est écrit une part du templarisme et du druidisme, où le christianisme s'est imposé parfois en cruauté et aussi en merveilles... Des arbres et des vieilles pierres, avec l’accord des anges, nous parleront de ce dialogue avec le sacré, origine des miracles.

Nous aborderons les bases et principes des techniques de méditations prières dites de la "voie prophétique" (respirations, postures, visualisations…) au regard de la bible, des évangiles et de certains enseignements de la kabbale.

Notre approche vise aussi à remettre en perspective, divers ensembles symboliques, certaines pratiques initiatiques et les techniques méditatives de prière et d’oraison par quelques repères de l’Histoire des religions. Cette mise en perspective fait apparaître ce qu’il y a d’accessible à tous, d’un trésor de bienfaits, et libère des dogmes et des conditionnements qui en voilent la beauté. Une aventure du sens, par les sens et la raison, et l'essentiel de l'âme. Chacun peut en faire une expérience concrète, mais il faut aussi découvrir en soi l'écho du divin en effaçant certaines frontières artificielles.

C’est aussi à produire cet écho, qui crée le lien émotionnel à la transcendance, que nous œuvrerons pour chacun des participants lors de ce WE en Brocéliande. Nous œuvrerons donc à la manifestation de cet écho qui est le "sésame" de la caverne des trésors.

Un écho qui trouvera aussi son chemin, grâce au récit de la vie magnifique d'Yvonne Aimé de Malestroit, sœur Augustine, qui fut médaillée par le général de Gaulle et l'objet de 150 bilocations avérées. Nous rendrons visite à sa tombe et au jardin qu’elle créa en son monastère…

L’écho trouvera son chemin par l’évocation de l'expérience d’Éon de l'Éstoile, qui à l'époque médiévale, renoua avec la pure tradition prophétique.

L’écho pourra aussi trouvé son chemin, lorsque nous brosserons les arrières plans de certaines sociétés secrètes avec lesquelles fut en prise la "prophétesse" du Manoir du Tertre, personnage énigmatique et sulfureux de la deuxième guerre mondiale et égérie d'un certain néo-druidisme...

L’écho trouvera très certainement son chemin, à la Fontaine de Barenton, où Merlin enseignait à Viviane ses secrets de magie… Et dans le jaillissement de l’eau, un peu de l'autre monde, beauté parfaite et éternelle, nous sera accessible !

Et l'Écho sera encore plus fort grâce au lieu ou nous passerons nos nuits, un hameau de Tisserand du 16e siècle, remis en état par un prêtre hors du commun. L'un des grands passeurs d'âme de Brocéliande. Dormir en ce Haut-lieu est un privilège rare !

Les accompagnateurs :

BRUNO FOUCHEREAU, 58 ans, poète, auteur, mythologiste, hébraïsant, ancien grand reporter et spécialiste des mouvements religieux et de leurs implications géopolitiques. Collaborateur à Charlie-hebdo, le Monde Diplomatique, Match, VSD, TF1, France 2 Canal+…Auteur de 5 essais, il se consacre aujourd’hui à l’action sociale et à l’étude des principes et systèmes de « l’Imaginal » en rapport avec l’épanouissement collectif et individuel par la spiritualité et les mythologies judéo-chrétiennes. Pour en savoir plus sur sa démarche, voir plus bas + programme et diverses photos et vidéo.

FLORENCE JACOPÉ, en tant que psychologue, assiste aux pratiques pour apporter l’écoute nécessaire à chacun si le besoin s’en fait sentir. Elle utilise la méditation pleine conscience à son cabinet comme outils thérapeutique et organise des temps en forêt pour des bains de nature...


		Image pour Solstice d'été en Brocéliande, renouer avec le sacré

ÉTENDRE L'ÉCOUTE JUSQU'À LA POÉSIE CÉLESTE…

Une pratique, qui se dévoile comme une invitation au dialogue avec la transcendance, et reconnaît la « nature » comme messagère de la source de toute vie.

(Un texte de B. Fouchereau sur sa pratique)

Il y a une quinzaine d’années, découvrant la beauté des évangiles apocryphes, le désir de poésie m’est revenu. J’eus l’intuition que ce « désir », je devais le partager comme un dialogue, plus encore, comme un questionnement de l’invisible. A ma manière, il me semblait nécessaire de demander à Dieu son « Nom ». De hauts lieux naturels et historiques où souffle l’Esprit, lieux que je fréquente déjà depuis mon enfance, principalement en Poitou, m’apparurent comme les écrins désignés pour cette démarche. Des lieux, souvent oubliés, comme « le Pont-des-Ondines » sur le Chambon (79), la « Carrière-Saint-Martin » de la Crèche(79), La Font-Adam (86), les « Grottes-de-Malvaux » (86)… Et aussi bien loin du Poitou : le square « Viviani » face à l’église Saint-Julien-le-Pauvre de Paris où trône un vieil acacia, le parc du Vert-Galant au Pont-Neuf sur la Seine, le Palet de Samson sur le mont qui domine Sen en Ariège, la place Saint-Philippe-Nery de l’antique Barcelone qui garde le souvenir du Kabbaliste Ramban, a Prague en recueillement devant la tombe du Maharal ou dans le cimetière oublié du Palais en Étoile…

Ritualisant avec la simplicité du cœur, ce que j’appelle aujourd’hui mes « lâchers de poésie », observant en quête de réponse avec un appareil photos, écoutant les volutes d’encens et osant la vocalisation de mes poèmes, les foudres du parfait amour se manifestèrent en tendresse… et parfois en humour ! Les frontières entre poésie et mystique, rituel et imagination, s’estompèrent au point de m’enseigner une pratique que je redécouvrît en la pensant. En la Brocéliande Bretonne, terre contemporaine du celto-christianisme, un kabbaliste portant le nom du dernier roi des celtes : Salomön, m’ouvrit une fenêtre sur le Sepher Yetsirah. A Barcelone, les 22 lettres hébraïques s’invitèrent en mes mains et bientôt, un peu de cette transformation offrant la paix, unique chemin de la connaissance, devint un pain quotidien, nécessaire comme la danse et les rêves.

Émettre un propos, une pensée, une question, une prière, un poème, que puisse accepter la « nature » pour qu’elle en fasse, en messagère angélique, la présentation à la source de toute vie, n’est pas ce qu’il y a de plus compliqué. Ce qu’il l’est bien plus, c’est notre capacité à entendre la réponse. De mon cheminement en cette pratique j’offre un témoignage, une expérience de la mise en écoute de la réponse. Ceci en cultivant ce qui entend et voit. La réponse est d’ailleurs généralement tendue vers notre âme avant même que nous ne formulions notre juste propos, notre juste pensée, notre juste prière... La juste formulation de la question, en vérité, est celle qui nous prépare à entendre... Cette préparation a ses fermes racines en poésie et je l’ai découvert, c’est un fait commun de l’humanité depuis que l’être espère. Les maîtres sont Attar, Ibn’Arabi... Salomon Ib’n Gabirol,... Fernando Pessoa,... C’est aussi, très précisément, ce que l’on peut apprendre de plus troublant des prophètes et ce que révèlent les évangiles, en leur registre, lorsque l’on utilise le prisme, aux multiples facettes, de l’hébraïsme, et aussi de certains exégètes, et les enseignements des pères du désert… Et le silence !

Et comme le « pur encens fait de mélanges (ex;30,35)» révèle la lumière, le chemin alors se trace.

Je crois que le temps est venu d’accepter de lire la bible, comme d’autres textes sacrés en se dépouillant de nos conditionnements et d’une quantité trop importante de dogmes desséchés que portent divers systèmes de pensées, comme le sont les feuilles d’un figuier mort. Allusion n’est pas faite en cela qu’à certaines traditions religieuses ! Il est aussi des dogmes méphitiques agnostiques, paradoxalement nés des traumatismes subit du fanatisme religieux. Je pense à ces autres systèmes dogmatiques, enfants honteux des précédents, qui idolâtrent la raison ou la science, sans plus donner de place au cœur, aux rêves et aux danses singulières de l’imaginaire. Hors donc, lorsque l’on ose se dépouiller des conditionnements, à peine nos yeux se décillent, on se surprend alors à découvrir à quel point, la nature, les éléments, les arbres, les fruits et les fleurs, la lune et le soleil,... sont les compagnons concrets des méditations et des invocations dont témoignent les prophètes et les poètes mystiques.

Les Psaumes, mais aussi des prières forts simples, comme par exemple celles du «Sidour » dit de Jérusalem, comme nombre de textes du judéo-christianisme, invitent traditionnellement, depuis des siècles, à la communion et au dialogue, par diverses pratiques rituelles et intuitives, avec la nature considérée comme un intermédiaire fondamental et crucial avec le plan divin.

De cela témoignent saint Bernard, Cassien, Origène, saint Augustin, Denys l’aréopagite… La bible canonique, elle même, donne de multiples exemples. La nature et tout particulièrement les arbres, nos géants bienveillants, sont linguistiquement assimilés à des anges qui portent nos prières vers la source de vie. En relisant avec attention l’histoire d’Abraham, de Jacob,… de Tobias… et de même certains passages cruciaux des évangiles, l’importance de cette relation mystique épanouissante et pacifiante à la nature, apparaît comme une évidence… Et c’est un bien commun à de nombreuses traditions spirituelles et religieuses !

Il y a là une expérience et un art métaphysique du vivant que l’on peut aussi voir dans les Évangiles, autant ceux dit canoniques, que les apocryphes. Renouer avec cela, transforme celui qui pratique, apporte à chacun, en son individualité et sa façon d’être, une expérience concrète de l’unicité du vivant et renforce son âme, harmonise le plan émotionnel à ce qu’il y a de plus précieux, la joie ! De même, en douceur, cela produit ce qui est le plus urgent pour notre humanité, une prise de conscience absolue de la nécessité de respecter la vie. Il s’agit d’une posture d’amour, véritable fondement de la loi divine, à l’opposé des mœurs consuméristes. C’est surtout la clé d’une fraternité retrouvée, une promesse d’épanouissement et de sérénité.

Programme :

  • Vendredi 25 juin, fin de journée :

Arrivée au Val Richard entre 18h et 19h30. Verre de fraternisation suivi d’une visite de la chapelle du hameau, évocation du père Coudray, symbolisme de la chapelle et premier temps de pratique méditative, découverte de quelques fondamentaux aux sources de l’hébraïsme. Dîner à 20h30

  • Samedi 26 juin :

Petit déjeuner à 8h30

9h30-11h: déambulation sur le domaine du hameau en divers de ses points hautement énergétiques. Évocation des liens méconnus que fait la bible entre les arbres, les anges et les géants, dans l’ancien testament et le nouveau testament : Du figuier du jardin d’Eden aux cèdres d’Abraham en passant par le Sycomore de Japhet… Nous éclairerons ce parèdre féminin de YHWE, quasi tabou, qu’est l’Ashera et la filiation sacerdotale secrète féminine du christianisme qui passe par les « Marie », sainte hélène, sainte Geneviève, sainte Radegonde… et remonte chez les hébreux à la prophétesse Houlda, Ruth…

12h30: Déjeuner chez des fées de Paimpont. Discussion libre autour de la parole et du verbe, la gestuelle sonore psycho-magique.

14h à 16h30: Petite randonnée à la Fontaine de Barenton, pour aborder le légendaire du lieu en ses profondeurs. D’une part dans la mémoire populaire : Merlin et Vivianne. D’autre part chez chrétien de Troyes: la femme véritable détentrice de l’initiation… Thèmes des échanges après évocation du légendaire : le sens de l’initiation chrétienne, messianisme et états prophétiques, renouer le dialogue avec la transcendance, cheminer avec ses questions pour entendre la réponse.

17h30: Thé au Manoir du Tertre. Haut lieu d’intrigues et de sociétés secrètes, en scrutant le tableau de la druidesse geneviève Zaepflel créatrice du lieu, nous aborderons divers certains aspects, inquiétants dont les chemins entraînent vers l’histoire méphitique de Renne-le-Château, d’autres plus lumineux de l’histoire récente, où l’on croise Hugo Pratt et un archi-druide de la Gorsed de Bretagne… Quelques points de repères permettant de séparer le blé de l’ivraie seront évoqués pour ne pas trop s’égarer sur les multiples chemins de l’aventure mystique.

9h30: Temps de méditation guidée à la chapelle du Val-Richard sur le thème de l’écoute. Préparation à l’expérience du lendemain devant se dérouler à la chapelle sainte Catherine.

20h45: dîner

  • Dimanche 27 juin :

Petit déjeuner à 8h30

Pour ceux qui le souhaiteront, messe en la communauté religieuse des Augustines de Malestroit. Pour les autres, bain de nature avec Florence Jacopé.

11h30: Hommage à Yvonne Aimée de Malestroit, recueillement sur sa tombe et évocations des miracles provoquées par cette résistante décorée par de Gaulle. Évocation de la constance du miracle et de son accessibilité.

12h30: Déjeuner chez les fées.

14h à 15h: Visite au chêne du prophète « Éon de l’Étoile » et du père Guillotin. Cet arbre millénaire nous parlera de nos conditionnements qui nous font juger la beauté de certaines rencontres comme improbable, elles qui sont pourtant mytho-historiques, si ce n’est historiques : Scythes et hébreux, Mélusine et saint-Michel, hébreux et celtes, Judéo-chrétiens et Druides… Serpents et tourterelles…

15h45: Circumambulation autour de la chapelle de sainte Catherine, haut-lieu du templarisme. Puis expérience de groupe et individuelle du verbe créateur. Observation du phénomène lumineux dans la chapelle au coucher du soleil de 20h à 22h. (Nuit supplémentaire possible au Val- Richard pour ceux qui le désireront avec un supplément qui sera notifié dans le courrier)

Repas (buffet froid) sur place dés 19h30.


		Image pour Solstice d'été en Brocéliande, renouer avec le sacré

		Image pour Solstice d'été en Brocéliande, renouer avec le sacré

		Image pour Solstice d'été en Brocéliande, renouer avec le sacré

		Image pour Solstice d'été en Brocéliande, renouer avec le sacré

		Image pour Solstice d'été en Brocéliande, renouer avec le sacré

		Image pour Solstice d'été en Brocéliande, renouer avec le sacré

		Image pour Solstice d'été en Brocéliande, renouer avec le sacré
Partager avec les amis

Date et heure

Adresse

Brocéliande

Brocéliande

35380 Paimpont

France

Afficher la carte

Sauvegarder cet événement

Événement sauvegardé