Quand la musicothérapie rencontre le partenariat avec le patient

Panneau des Actions

Quand la musicothérapie rencontre le partenariat avec le patient

Quand la musicothérapie rencontre le partenariat avec le patient. Journée Musicothérapie et Maladie d’Alzheimer à l'Institut Pompidou, Nice

Où et quand

Date et heure

Lieu

Institut Claude Pompidou 10 Rue Molière 06100 Nice France

Carte et itinéraires

Comment s'y rendre

À propos de cet évènement

  • 9 heures
  • Billets électroniques sur mobile

Quand la musicothérapie rencontre le partenariat avec le patient.

Journée Musicothérapie et Maladie d’Alzheimer à l'Institut Pompidou, Nice

Programme téléchargeable sur : https://nuage.ipmc.cnrs.fr/s/Dsw7oZTxP3q6LdB

9h Accueil

Présentation de la Semaine du son, L’art du soin en partenariat avec le patient et la musicothérapie (Alice GUYON, Frédérique PY et Saint Clair LEFEVRE)

9h-30 Sandrine BEDU et Karim YOUSFI -Le métier de musicothérapeute. Atelier expérientiel et retour sur expérience du public

11 h - Saint Clair LEFEVRE- Sonothérapie et musicothérapie

11h30 Alain RATTIER- La musicothérapie ou comment utiliser la musique pour se soigner

12h Mikael GENGUELOU - Quand la musique favorise l’engagement socio-émotionnel dans la maladie d’Alzheimer. Étude de l’implication des processus mnésiques et hédoniques.

Pause déjeuner Installation sonore dans le jardin de Anastasia d’Avalon

13h15 accueil

13h30- Marina HUGUES- Atelier Yoga du son et relaxation sonore vibratoire

15h Sélim SAMI- Atelier d’improvisation en groupe. Accordement en groupe.

16h30h Concert en partenariat

Patients Alzheimer accompagnés par les élèves du conservatoire de Nice.

18h Fin de la journée

Image pour Quand la musicothérapie rencontre le partenariat avec le patient

Karim YOUSFI est éducateur spécial de formation initiale, et musicien depuis mon enfance. Il a travaillé dans de nombreux établissements du secteur social et médico-social. Tout au long de ses expériences, il a remarqué que l'on pouvait , avec succès, utiliser la musique pour aider des personnes à dépasser certaines difficultés ou pour créer des climats apaisants.

Ila voulu approfondir le sujet afin de développer cet outil extraordinaire. Il a donc décidé d'étudier la musicothérapie à l'université Montpellier 3.

La musicothérapie offre un champ d'application non médicamenteux aussi vaste que varié.

Il intervient en milieu hospitalier au sein d'un Centre d'Action Medico-Sociale Précoce d'un hôpital pédiatrique à Nice, en Instit Médico éducatif, en EHPAD et accueil de jour Alzheimer (où il fait depuis peu des interventions à domicile) et il reçoit également en cabinet.

Image pour Quand la musicothérapie rencontre le partenariat avec le patient

Sandrine BEDU est musicothérapeute à l’hôpital Lenval et elle exerce aussi en cabinet à Nice.

Le métier de musicothérapeute

Nous avons pensé présenter l'aventure que représente le métier de musicothérapeute. On parle beaucoup des effets de la musique sur les personnes, avec de plus en plus de processus physiologiques précis, mais parle plus rarement de la musicothérapie, et encore moins de sa mise en pratique. Musicothérapeute est un métier génialissime, nous avons envie de partager cette passion. Si cela peut faire naitre des vocations, tant mieux...

Après une introduction rapide sur la formation / diplôme, nous paragerons quelques exemples d’interventions en milieu hospitalier (CAMSP/ Psychiatrie), en EHPAD, en Cabinet et nous évoquerons la neuro-musicothérapie.

Image pour Quand la musicothérapie rencontre le partenariat avec le patient

Saint Clair LEFEVRE est Directeur associé à l’Université Côte d’Azur et manager d’un projet de Recherches et développement à Infinitivity Design Labs. Il est coordinateur pédagogique du MSc SmartEdTech. Il est aussi Ingénieur du son et impliqué dans le DU de l’Art du Soin en Partenariat avec le Patient. Il travaille sur les états modifies de conscience et la cognition. Il fait aussi partie de l’atelier Musicothérapie de la NPIS (non pharmacological Intervention Society, la société savante sur les Interventions non médicamenteuses).

Sonothérapie et musicothérapie

Quelles sont les points communs entre sonothérapie et musicothérapie et qu’est-ce qui les distingue ? Quels sont leurs effets sur la santé ?

Image pour Quand la musicothérapie rencontre le partenariat avec le patient

Alain RATTIER né le 30 avril 1948 (Hautes Pyrénées) voit son professeur de solfège à la Télé pour “Cinq Colonnes à la Une”. C'est un déclic ! Après le Conservatoire de Toulouse, il dirige un orchestre pour Sud Radio (1975) puis crée 15 Ecoles de Musique autour de Nîmes. Avec des malades mentaux, il a créé un orchestre d'Harmonie qui joue en division d'excellence .La DRAC de Montpellier lui propose de suivre la première formation de Musicothérapie à l'Université Paul Valéry en 1980. En parallèle il ira aussi à l'IMMAL (Institut musical de Méthodes Actives) de Lyon pour découvrir la Méthode du compositeurs Carl Orff et les Méthodes actives.

La musicothérapie ou comment utiliser la musique pour se soigner.

Espace/Temps/Corps. Le Rythme avec les percussions corporelles, la voix.

Alain choisit de mettre à la disposition des enfants autistes, trisomiques, adultes internés la Musique qui permet de Communiquer. Ce lien privilégié va faciliter les mots. On ne règle pas tous les maux avec un Mozart ou un Rock mais un corps s'éveille, se met en mouvement ou s'apaise en relaxation, sous contrôle. Un chemin parfois difficile ! L'espace dans lequel on évolue n'est pas facile mais apporter une aide est un bonheur ! Entendre un enfant de huit ans chanter pour la première fois reste gravé. Les réactions sont surprenantes mais les différents paramètres qui seront présentés vous montreront les atouts que procure la musique et le profit qu'en retirent les patients. Un vécu et des expériences avec des rythmes corporels vous en apprendront bien plus qu'un long laïus très emprunté.

Des exemples chocs pour mieux cerner l'univers “sonore”. Des perspectives pour les jeunes musiciens certainement ! Tous les publics peuvent participer car chacun y trouvera une “voie” nouvelle avec sa voix et le corps aussi vivra au tempo du Maestro qui sera toujours à votre écoute !...

Image pour Quand la musicothérapie rencontre le partenariat avec le patient

Mikael Genguelou est psychologue spécialisé en neuropsychologie, diplômé de l'université Paul-Valéry Montpellier 3, France.

Initialement musicien autodidacte, puis aide-soignant diplômé d’état, Mikael Genguelou devient musicothérapeute clinicien en 2013 et enseigne la musicothérapie au sein du Diplôme Universitaire de l’université Paul-Valéry Montpellier 3 depuis 2016. Il a été président de la

Fédération Française de Musicothérapie de 2019 à 2020. Il exerce la musicothérapie en France auprès d’enfants souffrant de troubles du spectre de l’autisme et auprès de personnes âgées atteintes de maladies neurodégénératives. Après une reprise d’étude en 2018, il est également aujourd’hui psychologue et se spécialise en neuropsychologie de la musique.

Quand la musique favorise l’engagement socio-émotionnel dans la maladie d’Alzheimer. Étude de l’implication des processus mnésiques et hédoniques.

L’effet de la musique sur le cerveau est qualifié de symphonie neuronale car l’activité musicale entraîne l’activation d’un grand nombre de zones cérébrales. La musique que l’on apprécie procure du plaisir grâce à la libération des « hormones du bonheur ». Elle est souvent liée à un contexte social et favoriserait le lien entre les hommes. Cette activité apparemment non essentielle à la survie impact pourtant fortement le fonctionnement physiologique, cognitif et émotionnel de l’humain. Depuis une vingtaine d’année, les études scientifiques en neurosciences se multiplient pour comprendre comment la musique agit sur l’être humain. Les connaissances scientifiques permettent d’éclairer certains résultats bénéfiques observés dans la pratique des musicothérapeutes. Pour illustrer cette interaction entre pratique clinique et neurosciences, nous nous attarderons sur les bénéfices de la musicothérapie sur l’engagement socio-émotionnel dans la maladied’Alzheimer en soulignant l’implication des processus mnésiques et hédoniques.

Image pour Quand la musicothérapie rencontre le partenariat avec le patient

Marina Hugues est éducatrice spécialisée, musicothérapeute certifiée (CIM) Spécialisée en sonologie, niveau 1 et 2 (Jokat Pandora). Elle est aussi artiste en photographie d’Art vibratoire (www.lamusicotherapie.fr, www.lartvibratoire.com)

YOGA DU SON ET RELAXATION SONORE VIBRATOIRE

Marina Hugues nous propose sur 1 heure une initiation autour du yoga du son, suivi d’un temps d’harmonisation et de relaxation vibratoire sonore de 30 minutes avec les bols tibétain et le psaltérion.

Au programme :

Respiration Brahmari, Chant du OM, Chant des tonings ( voyelles) suivant les enseignements de Beautiful Painted Arrow et adapté par Joseph Raël et Peter Blum, Relaxation sonore et vibratoire : bols tibetain, cristal et psaltérion.

Aucune connaissance en chant n’est nécessaire.

Image pour Quand la musicothérapie rencontre le partenariat avec le patient

Sélim SAMI est Psychologue Clinicien à Nice, Docteur en psychologie. Ayant obtenu le titre de psychologue clinicien en 2015, il a rencontré son approche clinique auprès d'enfants, d'adolescents et des parents au sein de l'Aide Sociale à l'Enfance de Draguignan. Par la suite, il aréalisé une thèse de Doctorat à Nice dans laquelle il a mis en place des ateliers de médiation artistiques (musicothérapie) auprès de patients hospitalisés en psychiatrie. Aujourd'hui, il reçoit en cabinet pour tous types de demandes visant à engager un travail thérapeutique.

Un son sous condition : l'accordage à l'instrument de musique dans un atelier de musicothérapie

La conférence abordera une nouvelle perspective considérant l'instrument de musique comme un outil privilégié de la rencontre clinique entre un patient et le musicothérapeute. Cette approche se distingue de la stratégie musicothérapeutique classique dans laquelle le patient est dans une position passive et la musique produite ou écoutée a pour fonction de pacifier ses symptômes, voire de les contenir. Il sera proposé, à l'inverse, un dispositif d'improvisation dans lequel le patient est dans une position active qui l'autorise à aller au contact de ce qui est source de souffrance pour lui. La clinique nous apprend en effet l'importance d'un temps spécifique dédié à l'accordage, qui est une condition nécessaire pour que s'ouvre la possibilité pour le patient, d'improviser et, in fine, de donner de la voix là où il croyait ne pas avoir voix au chapitre.