Gratuit

Justice, victimes et foules à l’heure du terrorisme - Un éclairage girardie...

Informations sur l'événement

Partager cet événement

Date et heure

Adresse

Adresse

Le site François-Mitterrand

Quai François Mauriac

75706 Paris

France

Afficher la carte

Description de l'événement

Description

Colloque organisé par l'Association Recherches Mimétiques en partenariat avec la BnF

Intervenants pressentis :

Jean-Marc Bourdin, Benoît Chantre, Monique Chemillier-Geandreau, Alain Cugno, Antoine Garapon, Christian Lavialle, Bernard Perret et Denis Salas

La violence terroriste met à l'épreuve notre assurance d'être engagés dans un processus au long cours de rationalisation et de pacification de la vie sociale. Confrontées à ce qu’elles perçoivent non sans raison comme une attaque frontale contre leurs valeurs, les sociétés démocratiques tentent d’y faire face sans se renier, c’est à dire sans céder à la contagion de la violence et en restant fidèle aux idéaux d’une société ouverte régie par le droit. Cette volonté de résistance peut s’observer principalement sur deux terrains, celui du système judiciaire et celui des foules qui manifestent leur solidarité avec les victimes. La justice doit continuer à fonctionner de manière impartiale et à garantir les libertés civiles, et les foules ne doivent pas elles-mêmes devenir violentes et persécutrices.

Pour ceux qui sont familiers de la pensée de René Girard, cette double résistance est d’autant plus remarquable et fragile que les deux instances en question, l’institution judiciaire et la foule en mal d’unité, sont intrinsèquement porteuses d’une certaine forme de violence. Pour Girard, en effet, la justice est une rationalisation du sacrifice, dont elle conserve certains traits structurels : il s’agit toujours d’expulser la violence hors du corps social en produisant une victime légitime. Mais cette continuité ne doit pas masquer une rupture tout aussi fondamentale : à l’arbitraire de la violence sacrificielle, la justice oppose sa double exigence de vérité et de proportionnalité.

Le cas de la foule est a priori plus difficile. Pour Girard, en effet, les foules sont par nature persécutrices. Sièges de phénomènes intensément mimétiques, elles résistent difficilement à la tentation de s’approprier et d’amplifier l’exigence de réparation des victimes. Or, ce besoin de réparation n’est jamais loin du désir de vengeance et il constitue toujours une menace potentielle pour l’impartialité de la justice et pour la paix civique. Force est pourtant de reconnaître que les manifestations organisées suite aux attentats sont restées remarquablement pacifiques, tenant à l’écart les pulsions vengeresses et les vieux réflexes de stigmatisation. Le livre de Denis Salas,La Foule innocente (DDB, 2018), qui sera au cœur de ce colloque, témoigne de cette double résistance des institutions et de la société civile.

L’hypothèse qui sous-tend le colloque est donc que nos sociétés résisteront d’autant mieux au piège qui leur est tendu qu’elles auront pris la mesure des abîmes qu’elles côtoient, de la fragilité des digues construites par la civilisation contre le déchaînement de la violence et du caractère toujours équivoque des dispositifs qu’on lui oppose.

Partager avec les amis

Date et heure

Adresse

Le site François-Mitterrand

Quai François Mauriac

75706 Paris

France

Afficher la carte

Sauvegarder cet événement

Événement sauvegardé