Informations sur l'événement

Partager cet événement

Date et heure

Adresse

Adresse

Institut national d'histoire de l'art

2 Rue Vivienne

75002 Paris

France

Afficher la carte

Description de l'événement
De la Reconstruction au renouveau esthétique : Rêves et réalités des Ateliers d’art sacré (1919-1947)

À propos de cet événement

Le renouveau historiographique suscité par le centenaire de la Première Guerre mondiale a remis en lumière l’ampleur des destructions patrimoniales et l’enjeu de la Reconstruction. Si Reims, la cathédrale martyre, doit être relevée à l’identique, ne faut-il pas, pour les édifices plus modestes, profiter de l’occasion pour adapter l’ensemble du décor, les vitraux et le mobilier liturgique aux évolutions esthétiques et offrir ainsi de nouveaux chantiers aux artistes ? Ce fut, en 1919, le rêve des Ateliers d’art sacré, former des artistes chrétiens et combattre les fadeurs des productions industrielles par des œuvres authentiques. D’autres groupements d’artistes ont partagé cette quête d’un idéal de l’art chrétien mais la dimension pratique et pédagogique comme la notoriété des fondateurs, George Desvallières et Maurice Denis, vont distinguer l’entreprise des Ateliers d’art sacré qui fut l’une des plus concrètes et des plus fécondes quel que soit le jugement contrasté que l’on peut porter sur les réalisations. Alors que la période la plus riche de ces activités se trouve principalement cantonnée à l’Entre-deux-guerres, la place des Ateliers d’art sacré dans la postérité a suscité moins de travaux de recherche et s’est vite trouvée minorée par le renouveau qui marque les lendemains de la Seconde Guerre mondiale. Cependant la création du label « Patrimoine du XXe siècle », l’inscription ou le classement à l’Inventaire d’églises des années vingt et trente, comme l’attention portée aux Chantiers du Cardinal, auxquels les membres des Ateliers ont souvent participé, ont contribué à éclairer un pan négligé du patrimoine contemporain. Un siècle après leur création, les conditions sont réunies pour cerner les contours de l’ambition des Ateliers, sa portée comme ses limites, mesurer l’importance effective des commandes et leur dimension internationale afin de préciser tant le rêve des origines que la réalité des productions et l’état actuel de leur conservation.

Samedi 30 novembre

Ombre et lumière des Ateliers d’art sacré

Présidente de séance : Laurence de Finance, conservateur général honoraire du Patrimoine

9h30 Un art sacré hors des églises ? Les salons et expositions en galerie des Ateliers d’art sacré

Emilie Chedeville, ATER, université Paris 1 Panthéon Sorbonne

10h La participation des Ateliers d’art sacré aux Expositions internationales de Paris (1925-1937) : la peinture murale comme manifeste apostolique Anne Henriette Auffret, doctorante université Paris 1 Panthéon Sorbonne / université Clermont Auvergne

10h30 Un apprentissage original de la peinture : le témoignage de Maurice Rocher

Anne Rocher, historienne de l’art

11h Pause

11h20 Les Ateliers d’art sacré en région : Table ronde animée par Fabienne Stahl, musée départemental Maurice Denis

Des Ateliers d’art sacré aux Ateliers bretons d’art chrétien, une expression catholique du renouveau artistique breton

Isabelle Baguelin, DRAC Bretagne-CRMH

Jeanne Malivel ou le choix de la liberté. Faire rayonner en Bretagne les apports des Ateliers d’art sacré

Françoise Le Goaziou, professeure agrégée, doctorante université de Bretagne

La Seine-et-Marne et la protection au titre des monuments historiques des objets mobiliers, œuvres des Ateliers d’art sacré

Céline Aulnette, Thierry Zimmer, Conservateur général du patrimoine, directeur adjoint du Laboratoire de recherche des monuments historiques

12h30 Pause déjeuner

Rayonnement et postérité

Président de séance : Fréderic Chappey, université de Lille

14h Les Ateliers d’art sacré en Belgique

Jan De Maeyer, KU Leuven

14h30 Le Groupe de Saint-Luc (1919-1945) : le renouveau de l’art sacré en Suisse romande

Camille Noverraz, IHM Lausanne

15h Débat : Portée internationale : Europe, Amérique du Nord, Asie

15h30 Pierre Couturier, L’As et le félon

Isabelle Saint-Martin, Histara, EPHE, PSL

16h Quelle liberté de l’artiste : autour de G. Desvallières et H. de Maistre Jean-Paul Deremble, université de Lille

16h30 Conclusions

Jean-Michel Leniaud, Histara, EPHE, PSL

Partager avec les amis

Date et heure

Adresse

Institut national d'histoire de l'art

2 Rue Vivienne

75002 Paris

France

Afficher la carte

Sauvegarder cet événement

Événement sauvegardé